Les technologies riches


précédentsommairesuivant

F. Adobe Apollo

Dernière fiche de cette série "technologies riches", Apollo d'Adobe.

Adobe Apollo
Adobe Apollo

F-1. Présentation

Apollo est assez difficile à cerner à première vue. Techniquement, il s'agit d'un environnement d'éxécution multi plate-formes. Pour faire plus simple, il s'agit en fait d'un lecteur universel permettant donc de lire du Flash, de l'HTML et des documents PDF à travers une application éxécutable sur Windows comme sur Mac ou autre. Encore en développement, Apollo est pré-disponible sur le lab d'Adobe, pour une sortie programmée durant la seconde moitié de 2007.

F-2. Le principe

Apollo est donc un environnement d'éxécution, un peu comme pourrait l'être le player Flash déjà existant. Sa principale différence est que les applications Apollo ne sont pas lues à l'intérieur même d'un navigateur mais directement sur votre bureau. Mais il conserve tout de même l'avantage d'être multi plate-formes. On pourrait donc croire qu'Apollo est un nouveau navigateur, plus orienté sur Flash. Que nenni ! L'environnement d'éxécution peut-être intégré à même l'application, et donc il n'y a pas d'autre chose à télécharger que l'application en elle-même, qui offrira également de nombreux autres avantages, au delà que ceux que propose déjà Flash :

  • Une interaction avec le file system (écriture et lecture de fichiers, etc.)
  • L'intégration native au système d'exploitation (avec ses barres de navigation, la possibilité de réduire l'application dans la barre des tâches, etc.)
  • La communication à des web services ou à tout autre service proposé déjà par Flex
  • Le fait de pouvoir se servir de l'application connecté ou non
  • L'intégration de fichiers PDF ou d'HTML (et donc d'Ajax) au sein même des applications
Architecture  d'Apollo
L'architecture d'Apollo

Au niveau du développement, les outils seront exactement les mêmes que ceux utilisés pour développer des applications Flex : une syntaxe MXML, le langage Action Script 3, etc. Les seuls ajouts seront donc des composants centrés sur les avantages cités ci-dessus et des extensions à Flex. La lecture du HTML se fera elle grâce au moteur de rendu de Safari : WebKit. Pourquoi ? Car il est très respectueux des standards, tout simplement. Au niveau du PDF, on retrouvera donc le Reader d'Adobe. Apollo met en place le système permettant de faire interagir ces trois technologies au sein d'une application de bureau.

F-3. Les outils

Comme je l'ai précisé auparavant, les outil utilisés sont les mêmes que Flex. On retrouve donc le Flex Builder en stand alone ou en plug-in eclipse.

F-4. Exemples

Voici quelques exemples, les premiers apparus avec Apollo :

F-5. Les points forts

Le point fort d'Apollo est évidemment de décentraliser les applications riches hors du navigateur : une nouvelle génération est en train de naître et Apollo risque bien de devenir un acteur important avec WPF de ces nouvelles applications à très fort potentiel ! De plus, c'est le seul environnement proposant de mélanger Flash, HTML et PDF.

F-6. Liens, pour en savoir plus

F-7. Récapitulatif

Adobe risque de frapper fort avec Apollo : mélanger Flash, HTML et PDF au sein d'applications bureau, cela semble la bonne formule pour réussir. Maintenant, il reste à voir deux points : quelle sera la puissance des nouveautés d'Apollo, et ne prendra t'elle pas trop de retard vis-à-vis de WPF ? Stay tuned !


précédentsommairesuivant

Vous avez aimé ce tutoriel ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons suivants : Viadeo Twitter Facebook Share on Google+   

  

Copyright © 2006-2007 Fabien Deshayes. Aucune reproduction, même partielle, ne peut être faite de ce site et de l'ensemble de son contenu : textes, documents, images, etc. sans l'autorisation expresse de l'auteur. Sinon vous encourez selon la loi jusqu'à trois ans de prison et jusqu'à 300 000 € de dommages et intérêts.